C’est l’histoire d’un copropriétaire qui après avoir dit « oui », veut dire « non »…

Publié le 29 septembre 2023 - LA PETITE HISTOIRE DU JOUR

C’est l’histoire d’un copropriétaire qui après avoir dit « oui », veut dire « non »…

Un copropriétaire réclame l’annulation intégrale d’une assemblée générale (AG) au motif que le mandat dont est titulaire le syndic qui a convoqué les copropriétaires a expiré. Une annulation que conteste le syndicat des copropriétaires au vu du comportement du copropriétaire durant cette AG…

Le syndicat rappelle que pour pouvoir contester une AG, il faut être « opposant » ou « défaillant ». Or le copropriétaire mécontent n’est ni l’un ni l’autre : il n’est pas « défaillant » car il était présent lors de l’AG et, puisqu’il a voté en faveur d’une résolution prise lors de cette AG, il n’est pas « opposant » non plus. Mais pour le copropriétaire, l’obligation d’être « opposant » ou « défaillant » ne s’applique pas dès lors que le mandat du syndic est expiré. Il peut donc réclamer l’annulation intégrale de l’AG…

« Non », pour le juge : dès lors qu’il vote en faveur d’une résolution de l’AG, le copropriétaire perd la qualité d’« opposant ». Il ne peut donc pas réclamer l’annulation de l’AG !

La petite histoire du jour – © Copyright WebLex

Publié le 29 septembre 2023 - LA PETITE HISTOIRE DU JOUR

Ces articles pourraient vous intéresser

Contactez-nous pour obtenir une offre personnalisée

Nous contacter