Création d’une aide temporaire aux réseaux de portage de presse

Publié le 26 mars 2024 - LES ACTUALITES

L’État vient de créer une aide temporaire aux réseaux de portage de presse dont l’objectif est double : permettre aux réseaux de développer une offre suffisante sur le territoire et transférer une partie du volume de presse posté vers les services de portage. Explications.

L’État au secours du secteur de la presse portée…

En France, la presse écrite abonnée est distribuée selon 2 modalités alternatives : le postage, assuré par La Poste, et le portage, réalisé par des entreprises privées.

D’après le Gouvernement, le portage, contrairement au postage, permet une distribution plus matinale (avant 7h30), 7 jours sur 7, pour une proportion de non-distribution marginale.

Pour autant, le volume de presse distribué par le postage est beaucoup plus important. L’une des raisons principales de cet état de fait tient au faible développement de l’offre de portage dans certaines zones du territoire.

Pour améliorer cette offre, le Gouvernement vient de créer une aide temporaire aux réseaux de portage, dont la gestion est confiée à la Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC).

Elle va être versée au titre des années 2023 et 2024 aux entreprises qui remplissent les conditions requises.

À ce titre, notez que les dépenses éligibles sont celles portant sur la modernisation et le développement des :

  • infrastructures ;
  • systèmes de tri et de répartition des flux ;
  • outils de logistique ;
  • outils et moyens de transport ;
  • outils informatiques.

Attention : les entreprises qui ne sont pas à jour de leurs obligations fiscales et sociales sont exclues du dispositif !

Si vous souhaitez bénéficier de ce coup de pouce financier, vous devez déposer votre demande au plus tard le 30 avril 2024, accompagnée des pièces justificatives suivantes :

  • une déclaration sur l’honneur faisant apparaître le nombre d’exemplaires de chacune des publications portées sur le territoire national l’année précédant celle au titre de laquelle la demande d’aide est déposée. Cette déclaration doit être attestée par un commissaire aux comptes ou par un professionnel inscrit au tableau de l’ordre des experts-comptables ;
  • une déclaration sur l’honneur précisant la liste et le montant prévisionnel des investissements du réseau dédiés au portage ;
  • le compte de résultat et le bilan du dernier exercice clos ;
  • un relevé d’identité bancaire ;
  • les attestations délivrées par les administrations compétentes permettant de constater la régularité de la situation de l’entreprise au regard de la législation fiscale et sociale.

Notez que l’entreprise bénéficiaire devra ensuite fournir un rapport d’exécution de l’aide et le compte de résultat de l’exercice au titre duquel elle a été attribuée, sous peine de voir l’aide financière être récupérée par l’État.

Création d’une aide temporaire aux réseaux de portage de presse – © Copyright WebLex

Publié le 26 mars 2024 - LES ACTUALITES

Ces articles pourraient vous intéresser

  • Année 2023 - Indices, taux, barèmes juridiques 18 septembre 2023
    Indice des produits de grande consommation dans la grande distribution (référence 100 en 2015) Période Indice Variation mensuelle (en %) Variation sur 1 an (en %) Décembre 2023 Novembre 2023 Octobre 2023 Septembre 2023 Août 2023 123,90 + 0,3 + 10,9 Juillet 2023 123,56 + 0,3 + 12,5 Juin 2023 123...
  • https://www.emargence.fr/wp-content/uploads/2023/09/eaubac.jpg
    Actualités 06 septembre 2023

    Dans un contexte de réchauffement climatique et au vu des différents épisodes de sécheresse, la gestion de l’eau devient une question primordiale. D’où la décision de simplifier la procédure autorisant la réutilisation des eaux usées traitées et des eaux de pluie. Explications.

    ...
  • https://www.emargence.fr/wp-content/uploads/2023/09/productiongraine.jpg
    Actualités 11 septembre 2023

    Une société, propriétaire d’un bâtiment agricole, demande à bénéficier d’une exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties… Ce que lui refuse l’administration fiscale, qui estime, de son côté, que ce bâtiment n’a rien « d’agricole ». À tort ou à raison ?

Contactez-nous pour obtenir une offre personnalisée

Nous contacter