Les employeurs du secteur privé, les entreprises et les associations ont droit à une aide de 4 000 € maximum pour l’embauche d’un jeune de moins de 26 ans. Ce dispositif est valable jusqu’au 31 mars 2021.

Quelles sont les conditions pour recevoir l’aide ?

  • Le contrat doit être un CDD d’une durée de 3 mois minimum ou un CDI 
  • Le salarié recruté doit avoir moins de 26 ans à la date de la conclusion du contrat
  • Le contrat doit être conclu entre le 1er août 2020 et le 31 mars 2021
  • La rémunération du jeune salarié doit être inférieure ou égale à 2 fois le Smic, soit  3 110 € mensuels
  • Le jeune ne doit être dans l’entreprise à partir du 1er août 2020 sur un contrat qui ne donne pas droit à cette aide à l’embauche
  • L’employeur ne doit pas percevoir d’autre aide de l’État pour ce salarié. Par exemple, l’employeur n’a pas droit à l’aide à l’embauche des moins de 26 ans pour un contrat d’alternance (apprentissage ou contrat de professionnalisation). En revanche, elle pourra être versée si le jeune est embauché après son alternance.
  • Le poste concerné par l’embauche ne doit pas avoir fait l’objet en 2020 d’un licenciement économique

Comment obtenir l’aide ?

L’employeur a un délai de 4 mois à partir de la date de l’embauche pour déposer sa demande d’aide. Il doit déposer sa demande d’aide sur une plateforme en ligne de l’État. Les demandes d’aide pourront donc être déposées sur cette plateforme du 1er octobre 2020 jusqu’au 31 juillet 2021.

L’aide est d’un montant maximum de 4 000 € par salarié de moins de 26 ans. Le montant est calculé proportionnellement au temps de travail et à la durée de ce contrat. Il ne prend pas en compte les périodes d’activité partielle, ni les absences non rémunérées. L’aide est versée par tranche de 1 000 € maximum chaque trimestre, pendant 1 an maximum.

À noter que dans le cas où l’employeur licencie le jeune entre le 3e et le 4e mois après son embauche, il recevra une aide proportionnelle au temps de travail effectué.