La quasi-totalité des 1,3 million d’associations fonctionne avec des bénévoles alors que seulement 161 000 emploient des salariés.

Publié le

Une étude de l’Insee dresse un portrait des associations en 2013. On y apprend que sur 1,3 million d’associations actives, presque le quart (24 %) œuvre dans le domaine du sport. Viennent ensuite les associations de loisirs (22 %), les associations culturelles (18 %) puis les associations de défense de cause, de droits ou d’intérêts (17 %).

Des salariés…

Seulement 12 % des associations, soit 161 000, emploient des salariés pour un total de 1,9 million d’emplois, près de la moitié étant à temps partiel.

Ce sont principalement les associations ayant pour activité l’hébergement social ou médico-social qui créent des emplois puisque 83 % d’entre elles ont des salariés. Les structures qui assurent la gestion de services économiques et le développement local sont, quant à elles, 30 % à recourir au salariat, ce taux étant de 24 % pour les associations œuvrant dans l’action sociale, l’action humanitaire ou caritative. À l’inverse, c’est dans le domaine des loisirs qu’il y a le moins d’employeurs (4 %).

Par ailleurs, si les associations d’au moins 10 salariés ne représentent que 19 % des associations employeuses tous secteurs confondus, ce taux s’élève à 70 % dans le domaine de l’hébergement social ou médico-social et à 46 % pour l’action sociale.

… et des bénévoles

Ce sont les associations sportives qui recourent le plus aux bénévoles : 26 % des heures de bénévolat sont réalisées dans ces structures. Les bénévoles interviennent ensuite dans les associations de défense de causes, de droits et d’intérêts (17 % des heures), puis dans les associations de loisirs (16 % des heures). Ce sont, sans surprise, des secteurs qui comptent peu d’heures de travail rémunérées.

À l’autre bout du spectre, les associations dans le domaine de l’hébergement social ou médico-social représentent 23 % des heures de travail salariées mais seulement 2 % des heures de bénévolat.

Insee Première n° 1587, mars 2016

© Les Echos Publishing – 2016