Les restaurateurs qui préparent des plats « faits maison » doivent l’indiquer sur leurs menus ou dans leur établissement.

Les restaurateurs qui préparent des plats « faits maison » doivent l’indiquer sur leurs menus ou dans leur établissement.

Publié le

Lorsque les plats qu’ils proposent sont « faits maison », les restaurateurs et les entreprises de plats préparés à emporter doivent désormais l’indiquer sur leurs menus. Plus précisément, sont concernés les plats qui sont cuisinés dans les locaux de l’établissement (ou dans un lieu différent mais uniquement pour les activités de traiteur ou de commerce non sédentaire) à partir de produits alimentaires bruts n’ayant subi aucune modification importante.

Introduite par une loi du 17 mars 2014, cette obligation entre véritablement en vigueur le 1er janvier 2015. Les professionnels concernés doivent donc, si ce n’est déjà fait, se mettre rapidement en conformité avec la réglementation. Car des contrôles opérés par les agents de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF) sont susceptibles d’avoir lieu, avec d’éventuelles sanctions à la clé.

En pratique : les restaurateurs doivent inscrire la mention : « Les plats faits maison sont élaborés sur place à partir de produits bruts » ou apposer le logo créé à cette fin par les pouvoirs publics pour chaque plat « fait maison » (ou dans l’établissement lorsque tous les plats proposés sont faits maison).

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site du ministère de l’Economie et des Finances

Art. 7, loi n° 2014-344 du 17 mars 2014, JO du 18
Décret n° 2014-797 du 11 juillet 2014, JO du 13

© Les Echos Publishing – 2014