Les parents étant encouragés à se partager le congé parental d’éducation, vous êtes susceptibles, en tant qu’employeur, de faire face à un plus grand nombre de départs en congé des pères.

Les parents étant encouragés à se partager le congé parental d’éducation, vous êtes susceptibles, en tant qu’employeur, de faire face à un plus grand nombre de départs en congé des pères.

Publié le

Suite à la naissance d’un enfant, le salarié peut prendre, pendant 3 ans maximum, un congé parental d’éducation. Ce congé n’est pas rémunéré par l’employeur mais peut donner lieu à une aide financière mensuelle versée par la Caisse d’allocations familiales.

Au 31 décembre 2011, 521 000 familles bénéficiaient de la prestation accordée au titre de ce congé. Mais les hommes ne représentaient que 3,5 % de ces bénéficiaires !

Afin d’inciter les pères à prendre un congé parental et de favoriser le retour à l’emploi des mères, la durée de versement de l’aide a donc été réaménagée.

Si jusqu’alors, la durée d’indemnisation était la même que le congé soit pris par un seul parent ou qu’il soit partagé entre les deux, désormais pour les enfants nés à compter du 1er janvier 2015, la durée de versement de la nouvelle prestation partagée d’éducation de l’enfant (Preparee) est plus longue lorsque le congé parental est réparti entre le père et la mère.

Concrètement, lorsqu’un couple n’a qu’un seul enfant à charge, chaque parent bénéficie d’une indemnisation de 6 mois, portant ainsi la durée totale de versement de la prestation à un an (au lieu de 6 mois précédemment).

Dès lors que le ménage assume la charge d’au moins deux enfants et que le congé parental est réparti entre le père et la mère, la durée de versement de la prestation est égale à 36 mois contre 24 mois s’il est pris par un seul parent.

Précision : le parent isolé qui assume seul la charge des enfants bénéficie de la durée maximale de versement de la prestation, soit 12 mois pour un seul enfant ou 36 mois à partir de deux.

Décret n° 2014-1705 du 30 décembre 2014, JO du 31
Décret n° 2014-1708 du 30 décembre 2014, JO du 31

© Les Echos Publishing – 2015