Comment gérer un jour férié qui tombe un samedi ?

Comment gérer un jour férié qui tombe un samedi ?

Publié le

Cette année, le jour férié de l’Assomption tombe un samedi. Or, pour beaucoup de salariés, il s’agit d’un jour de repos hebdomadaire. Le salarié qui ne travaille pas ce jour-là n’a donc pas droit à une indemnisation particulière ni à un repos supplémentaire en compensation de ce jour férié « perdu ».

Précision : sauf si votre convention collective le prévoit, vous n’êtes donc pas obligé de donner congé à vos salariés le vendredi précédent ou le lundi suivant.

Un jour férié ordinaire

Le 15 août est un jour férié dit « ordinaire ». En conséquence, vous pouvez demander à vos salariés de venir travailler ce jour-là. Sauf, normalement, pour les jeunes de moins de 18 ans et sauf usages professionnels ou dispositions contraires de votre convention collective.

Le Code du travail impose aussi, en principe, aux entreprises du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle d’accorder un jour de repos à leurs salariés.

À savoir : aucune majoration de salaire n’est due au salarié qui travaille le 15 août, sauf disposition plus favorable de votre convention collective qui peut, par exemple, prévoir le paiement d’une indemnité si un jour férié tombe un jour de repos hebdomadaire.

Un jour férié chômé coïncidant avec les congés payés

Comment cette journée du 15 août doit-elle être comptabilisée pour un salarié qui est en congé ?

Si ce jour férié est chômé dans votre entreprise, il ne doit pas, en principe, être décompté en un jour de congés payés. Le congé du salarié doit en effet normalement être prolongé d’une journée ou une journée de congé supplémentaire devra être prise à un autre moment.

© Les Echos Publishing – 2015