Le fait pour un professionnel libéral exerçant à titre individuel d’exercer ensuite son activité au sein d’une société d’exercice libéral est considéré comme une cessation d’activité.

Publié le

Lorsqu’un créancier souhaite demander la mise en redressement judiciaire d’un professionnel libéral indépendant qui a cessé d’exercer son activité, il doit le faire dans le délai d’un an à compter de cette cessation.

Et il doit également le faire dans le même délai lorsque le professionnel libéral a simplement cessé son activité en solo pour continuer à exercer son métier au sein d’une société d’exercice libéral (SEL). Car ce changement de modalités d’exercice constitue une cessation d’une activité professionnelle indépendante. Le délai d’un an pour engager la procédure courant à compter du jour où le professionnel libéral devient associé de la société.

Précision : le professionnel libéral qui a cessé son activité indépendante pour devenir associé d’une SEL est considéré comme n’agissant plus en son nom propre mais au nom et pour le compte de la société.

Cassation commerciale, 16 septembre 2014, n° 13-17147

© Les Echos Publishing – 2014