« Contrats types : cela fonctionne tant que l’on n’a pas de problème » … Témoignage d’un client d’EMARGENCE Courtage.

 

En 2020, j’ai sollicité les services du cabinet comptable EMARGENCE pour remettre en ordre tous mes comptes de société et me donner un avis d’expert sur mes contrats de prévoyance et de mutuelle. Laurent Chikly, Directeur du pôle Courtage d’EMARGENCE, me signale alors un certain nombre d’incohérences dans mes contrats de prévoyance et de complémentaire santé, qui vont avoir de lourdes conséquences pour moi.

En effet, graphiste et gérant de ma société depuis 2015, je ne m’étais occupé de ma protection et de ma mutuelle qu’en 2017 (mon cabinet comptable de l’époque ne m’avait jamais aiguillé sur le sujet). Je réalise donc une rapide comparaison entre les assureurs et un seul me répond. Groupe d’Assurance-Mutuelle très connu, réactif et semblant à l’écoute de ma situation, je signe donc, en agence, avec cet assureur pour une mutuelle et un contrat de prévoyance en cas de perte de revenu.

Plus tard, on me découvre une tumeur bénigne qui nécessite une intervention chirurgicale (devant être prise en charge, au moins en partie, par ma mutuelle) et un arrêt de travail de plus d’un mois (mon revenu devant être pris en charge par mon contrat de prévoyance).

Mais souci… Au moment de la souscription du contrat, mon conseiller m’avait enregistré sous le statut de commerçant relevant du RSI alors que je suis en “prestation de services”. Une erreur signalée par Laurent CHIKLY, cependant, mon assureur n’avait cessé de me répondre que la désignation de “commerçant” était pour eux générique et que je serais bien indemnisé à 100% en cas de perte de salaire. J’étais donc rattaché à l’organisme de la CIPAV. Or, cette caisse de prévoyance n’offre aucune indemnité les 3 premières années d’arrêt de travail !

Cerise sur le gâteau, au vu de mon état de santé, mon contrat n’était plus modifiable….

EMARGENCE Courtage me proposa alors des alternatives et compléments, mais la situation sanitaire de 2020 avait durci les conditions de souscription et je n’étais éligible à aucune nouvelle assurance santé.

Résultats de tout cela :

  • La mutuelle fut déclenchée pour l’intervention et l’hospitalisation, mais 1 an plus tard, l’assureur ne m’avait toujours pas remboursé la part du tiers payant (un “fâcheux oubli” de sa part que j’ai réussi à résoudre il y a peu de temps).
  • Après l’intervention, le médecin du travail me refusa l’assurance professionnelle censée indemniser la perte de mon salaire à 50%, au motif de délai de carence (bien qu’en désaccord total sur ce motif, j’ai abandonné tout recours avec eux, lassé de toute cette mauvaise foi).

Auparavant, j’avais régulièrement mon conseiller au téléphone pour obtenir des conseils. Depuis, je n’ai que des assistants qui me vendent de nouveaux produits d’assurances….

Je mène de nouveau une vie “normale”. Cependant, je suis contraint de rester avec ce contrat de prévoyance et je ne peux pas souscrire avec un autre organisme assureur pour le moment. Je paye donc une assurance professionnelle pour 50% du service. Heureusement, je bénéficie tout de même de ma mutuelle à 100%, mais j’attends patiemment de pouvoir changer sur les conseils d’EMARGENCE Courtage pour trouver une solution adaptée à mes besoins et sans piège.

Simon B.