Des mesures ont été prises par les partenaires sociaux, afin d’équilibrer les comptes des caisses des régimes de retraite complémentaires.

Application d’un malus [1] sur la pension

Ce malus correspond en une baisse de 10% de la pension de retraite complémentaire, pendant une durée de 3 ans.

Les personnes concernées sont celles :

  • qui prendront leur retraite à taux plein ;
  • à compter du 1er janvier 2019 ;
  • qui sont nées en 1957 et après.

Le malus disparaîtrait d’office à 67 ans.

Pour l’éviter, le futur retraité devrait liquider sa pension 4 trimestres plus tard (soit un an) que la date légale de départ.

Il existe bien entendu des exceptions, telles les nouveaux retraités exonérés de CSG-CRDS, les bénéficiaires d’une retraite anticipée pour handicap ou amiante, les parents ayant arrêtés leur activité professionnelle pour s’occuper de leur enfant handicapé.

Par contre, les retraites anticipées pour carrière longue ou pénibilité ne seraient pas exonérées.

Exemple : une personne née le 2 mars 1957 prend sa retraite à taux plein au 1 er avril 2019 (date légale de départ).

En partant à cette date, sa pension de retraite complémentaire sera minorée de 10 % pendant 3 ans.

En partant au 1er avril 2020, la pension ne sera pas minorée.

Bonus temporaire pour départ différé

Pour les retraités qui décaleront le point de départ de la retraite complémentaire d’au moins deux ans, la pension versée sera majorée.

Son montant varie en fonction du différé :

Décalage de départ à la retraite

% de bonus de la pension

2 ans soit 8 trimestres 10%
3 ans soit 12 trimestres 20%
4 ans soit 16 trimestres 30%

Le bonus sera versé pendant un an.

En parallèle, le salarié qui diffère son départ s’ouvre une surcote pour la retraite de base et des points supplémentaires pour la retraite complémentaire (applicable pendant toute la durée de versement de la pension retraite).

Pour les personnes pouvant continuer à travailler il y a donc un double bénéfice à rester en activité.

Avec l’exemple ci-dessus,  si la personne liquide sa pension au 1er avril 2022, soit 3 années plus tard, elle sera majorée de 20%, pendant une année.

 
[1] – Appelé coefficient de solidarité